Créer son jardin médicinal : Quelles plantes choisir ?

Prendre soin de soi au naturel : voilà une belle chose que nous permet notre jardin. Découvre avec Manon du blog Melle Apothicaire comment bien choisir tes plantes médicinales.

Prendre soin de soi avec les plantes du jardin

Aujourd’hui, j’accueille Manon du blog Melle Apothicaire. Elle nous dit tout sur les plantes médicinales à cultiver dans ton jardin. Si tu as envie de t’initier à l’herboristerie maison, prends une bonne tasse de tisane et vient lire cette article concocté par Manon :

Comment cultiver ses tisanes maison facilement en fonction de tes besoins.
photo Drew Jemmett / Unsplash

Lances toi dans ton premier jardin médicinal

Que tu ais un gros bout de terrain, un petit carré de terre, une terrasse, un balcon ou juste une pièce ensoleillée, il est tout à fait possible de démarrer ta propre culture de plantes médicinales.

Que dirais tu de toujours avoir tes propres remèdes naturels à portée de main, en train de gentiment pousser sur le rebord de ta fenêtre ou sur le pas de ta porte ?

Pratiquer l’herboristerie maison, c’est, avant toute chose, faire connaissance avec les plantes médicinales les plus courantes, en démarrant notamment par celles que tu utilises quotidiennement, sûrement même sans t’en rendre compte, à savoir dans ta cuisine !

Tu vois ce pied de Thym, là ? Saches qu’il n’est pas utile que pour le pot au feu, loin de là ! C’est notamment un excellent remède contre le rhume.

Et si tu as envie de te lancer dans la culture de ton premier « jardin médicinal », mais que tu ne sais pas bien quelles plantes choisir pour démarrer, ne bouge pas, je t’explique tout de suite comment procéder…

Etape 1 : Définis où tu vas cultiver tes plantes médicinales

Dans un premier temps, il va te falloir définir le lieu où tu vas pouvoir cultiver tes plantes médicinales. En effet ce lieu va dépendre de plusieurs éléments :

L’endroit où tu vis :

Selon que tu vives en appartement, en maison, dans une cabane en forêt ou dans une grotte, le lieu que tu choisiras ne sera pas le même : est-ce que ce sera sur un coin de table près d’une fenêtre ? Dans ta cuisine ? Sur un balcon ? Un coin de terrasse ? Le pas de ta porte ? Un coin dédié de ton jardin ? etc…

En effet, si tu vis en appartement, il te sera difficile de cultiver des plantes de grande taille ou nécessitant d’être plantée en pleine terre, comme le Laurier noble, le Sureau noir ou encore l’Aubépine monogyne. Mieux vaudra pour toi privilégier des plantes supportant la culture en pot.

A lire aussi :

Tenir compte de ton climat pour ton jardin de simples

Idem, si tu vis au pôle nord, au bord de la méditerranée ou encore dans le Sahel, les plantes que tu pourras cultiver vont forcément dépendre du climat où tu vis. De manière générale, il vaut mieux que tu privilégie la culture de plantes locales, parfaitement adaptées à ton lieu de vie. Elles seront d’une part plus facile à cultiver (conditions d’ensoleillement, humidité, et sol adaptées), et seront par ailleurs d’autant plus riches en molécules actives et en efficacité thérapeutique dans des conditions de culture idéales.

Pour ce faire, n’hésite pas à consulter des flores locales, ou bien le site de Tela botanica https://www.tela-botanica.org/ pour te renseigner sur la répartition géographique de la plante choisie, ainsi que ses conditions naturelles de vie.

Comment démarrer l'herboristerie maison et cultiver son jardin de simples
Photo Anshu A / Unsplash

Etape 2 : Choisis les plantes médicinales en fonction de tes problèmes de santé

Une fois ton « lieu » choisi, il va ensuite falloir que tu listes l’ensemble des petits maux courants que tu rencontres quotidiennement, régulièrement ou chaque année, ainsi que ceux de ta « tribu », afin de choisir des plantes qui te seront véritablement utiles.

En effet, inutile de commencer à cultiver des plantes pour améliorer la circulation sanguine si ton problème à toi c’est plutôt l’insomnie ou l’anxiété. Ou de choisir des plantes contre l’hypertrophie de la prostate si ton objectif c’est de soulager les règles douloureuses…

Tu comprends la démarche ?

Donc, prends un carnet, un stylo et note les troubles que tu rencontres au quotidien, régulièrement, ou de façon plus occasionnelle (une fois par an).

Par exemple :

J’ai régulièrement/ occasionnellement :

  • des rhume, angine, toux, grippes en hiver ;
  • du stress ;
  • des allergies ;
  • des insomnies, de la fatigue ;
  • un manque d’appétit, des difficultés digestives ;
  • des coups de soleil, des piqûres d’insectes, la peau sèche, de l’eczéma ;
  • des maux de tête, le mal des transports ;
  • des crampes, courbatures, tendinites, douleurs articulaires ;
  • des règles douloureuses ;
  • etc….

Une fois cette liste réalisée, va ensuite farfouiller dans des bouquins d’herboristerie ou des sites internet de référence sur le sujet, puis note les plantes médicinales susceptibles de soulager tes problèmes et qui te seront utiles au quotidien.

Voici quelques exemples à titre indicatif (liste non exhaustive) :

Les plantes du cœur et de la circulation sanguine

Ail, Aubépine, Bourse à pasteur, Chêne, Marronnier, Cyprès, Olivier, Thé, Vigne rouge.

Les plantes de l’estomac

Anis vert, Calament, Carvi, Ciboulette, Cumin, Coriandre, Fenouil, Génépi, Menthes, Pomme de terre, Calendula, Verveine citronnelle, Gentiane.

Envie de cultiver tes propres tisanes : découvres comment créer ton jardin de plantes médicinales
La verveine : facile à cultiver et à utiliser

Les plantes de l’intestin

Absinthe, Aloé vera, Fraisier, Mûrier, Rhubarbe, Prunellier, Rose rouge.

Les plantes du foie

Artichaut, Blette, Camomille romaine, Chardon marie, Chicorée, Radis noir, Matricaire, Fumeterre, Romarin.

Cultiver la camomille : une plante médicinale facile et utile pour le foie
Irene Ivantsova / Unsplash

Les plante des reins

Pissenlit, Asperges, Aubier de tilleul, Canneberge, Bruyère, Busserole, Buis, Cerisier, Chiendent, Poireau, Sureau noir.

Les plantes de la fatigue et du sommeil

Eschscholtzia, Coquelicot, Lavande, Mélisse, Passiflore, Aubépine, Valériane, Orange amère.

Les plantes du système musculaire et osseux

Arnica, Cassis, Chou, Consoude, Frêne, Prêle, Ortie, Reine des prés.

Les plantes du système respiratoire

Thym, Citron, Cynorrhodon, Hysope, Grand aunée, Oignon, Ronce, Origan, Guimauve, Bouillon blanc, Lierre terrestre, Marrube, Navet, Pin, Pulmonaire, Tussilage.

Les plantes du système hormonal

Achillée millefeuille, Armoise vulgaire, Framboisier, Alchémille, Sauge officinale.

Etape 3 : Choisis les plantes médicinales à cultiver suivant leurs usages

Maintenant que ta liste est faite, il se peut que tu te retrouve avec une cinquantaine de plantes potentiellement adaptées à tes besoins.

Pour démarrer, c’est encore bien trop, et il va être difficile pour toi d’apprendre à toute les cultiver et les utiliser d’un seul coup.

L’idéal, c’est donc de partir sur une base de 5 à 10 plantes médicinales complémentaires qui pourront te servir pour soulager plusieurs maux à la fois (et même être ajoutées à la cuisine, tant qu’à faire !).

Pour ce faire, prends la liste des plantes que tu as réalisé lors de l’étape 2, puis élimine progressivement toutes les plantes qui sont :

  • soit trop compliquée à cultiver ;
  • soit trop compliquée à utiliser.

Par exemple, pour chaque plante de la liste, pose-toi ces questions :

  • Est-ce que c’est une plante exotique ou adaptée à ma région ?
  • Est-ce qu’elle est adaptée à mon sol ?
  • Est-ce que cette plante pousse naturellement dans mon jardin ou autour de chez moi ? Est-ce que je la cultive déjà pour la cuisine ?
  • Est-ce qu’elle est facile à utiliser au quotidien ? Puis-je la mettre dans mon alimentation ? Puis-je en faire des tisanes ? Des macérats huileux ? Des cataplasmes ?

Le but de cet exercice, c’est de choisir des plantes locales qui poussent facilement chez toi, communes et que tu puisses utiliser en infusion, en sirop, en huile ou en baume, ou dans la cuisine (plantes aromatiques à usage à la fois condimentaire et médicinale).

On évitera notamment de cultiver toutes les plantes qui nécessitent soit des conditions de culture très particulières (Arnica montana, génépi) ou qui s’utilisent uniquement en extrait standardisé, extrait fluide, alcoolats, élixirs, intraits, huiles essentielles, alcoolature, teinture mère ou sous forme d’extraits standardisés nécessitant d’avoir un laboratoire pharmaceutique (sauf si tu as la chance d’en posséder un toi-même ! ).

Une liste de plantes médicinales faciles à cultiver et à utiliser

Pour finir, voici une liste de plantes médicinales standard (à adapter selon tes besoins) faciles à cultiver aussi bien en pot qu’au jardin, et utiles en tous temps et tous lieux pour te soigner naturellement au quotidien :

  • Calendula
  • Menthe
  • Thym
  • Basilic
  • Plantain
  • Sauge
  • Lavande
  • Camomille romaine
  • Romarin
  • Mélisse
  • Verveine odorante
  • Coriandre
  • Aneth
  • Camomille matricaire
  • Origan
  • Achillée millefeuille
  • Absinthe
  • Armoise
  • Estragon
  • Echinacée
  • Ciboulette
  • Livèche

Prêt-e à cultiver tes propres plantes médicinales ?

Maintenant, à toi de jouer ! Quelles plantes vas-tu choisir de cultiver dans ton jardin médicinal ?

Cet article t’a plu ? N’hésite pas à le partager autour de toi et à nous envoyer la photo de ton jardin !

Merci Manon, c’est toujours un plaisir de partager avec toi tes connaissances sur les plantes. Cultiver ses propres plantes médicinales pour soigner ses petits troubles quotidiens est une belle façon de retrouver de l’autonomie dans sa vie.

Epingle cet article sur Pinterest pour le retrouver plus tard 🙂

Comment cultiver ses plantes médicinales et prendre soin de soi naturellement.
Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *