Premières floraisons de fin d’hiver et début printemps

Le froid pique les joues, le gel crisse sous les bottes. A l’ombre, au soleil, sauvages ou cultivées, elles offrent le gîte et le couvert aux pollinisateurs et favorisent la biodiversité. Iris, crocus, euphorbes et chèvrefeuille : petit tour des premières fleurs au jardin en ce mois de février.

premières fleurs du printemps

 

Premières floraisons au jardin ornemental :

Ce matin, le temps était parfait pour faire un petit tour du jardin. Je vois que le jardin se réveille et que les premières floraisons pointent le bout de leur nez. Alors, je suis allée saluer mes amies les plantes. L’air frais me pique les joues tandis que le fragile soleil d’hiver me chauffe le dos à travers ma doudoune, les mésanges entament leur pépiements. Un petit nuage de vapeur ponctue ma respiration, la pelouse gelée crisse sous mes bottes, voilà une balade au jardin comme je les aime.

Je ne tiens pas de registre météo, mais comme je n’ai pas eu à bâcher les citronniers, ni le kumkat, ni les verveines, ça me fait dire que l’hiver a été plutôt clément, bien qu’un peu humide. Même si nous connaissons un coup de froid en ce mois de février, le soleil du matin qui tape sur la façade m’évite encore la corvée de bâchage.

citronniers

J’ai hâte de voir ce que cette nouvelle saison va donner. Est-ce que ce que j’ai planté l’année dernière s’est bien installé ? est-ce que les bulbes vont tenir leur promesse ? Comment les plantes ont-elles traverser l’hiver ? Quelles vont être les premières fleurs à sortir ?

Les bulbes, premiers à pointer leur nez !

Cet automne, j’ai planté 140 bulbes au jardin et en pots ! L’idée était de tester plusieurs espèces et implantations notamment pour différents crocus et iris reticulata.

Les crocus chrysanthus

Je vois que les tiges de crocus et les iris commencent à pointer de terre, par contre, impossible de me souvenir exactement qu’est-ce que j’ai planté et où. Ce sera donc la grande surprise au printemps et j’ai hâte de voir le résultat !

Sous le noisetier tortueux, les crocus chrysanthus Snowbunting sont déjà épanouis. Si je vois qu’ils se plaisent bien, j’en rajouterais un tapis complet !

crocus chrysanthus Snowbunting sous un noisietier tortueux

Avec ce soleil d’hiver rasant, difficile de rendre en photo la grâce des fines tiges zigzaguant dans l’air et des petits crocus ponctuant la pelouse verte de leur pétales immaculés. Entre parenthèse, c’est un vrai casse-tête de photographe : si j’ouvre trop le diaphragme, on n’a plus assez de profondeur de champ pour que les crocus soient nets et si je ferme trop, les branches se fondent dans la pelouse. Vous aurez donc soit l’un, soit l’autre.

Dans cette zone du jardin, on est plutôt sur un profil « pelouse sèche », alors que quelques mètres plus loin, l’ombre d’imposants conifères offre un coin sombre et humide. L’art difficile du jardinier sera de tirer parti des ces différents micro-climats en plantant les bonnes plantes au bon endroit.

L’hiver est un moment privilégié pour définir ces microclimats, les endroits les plus froids dégèlent en dernier. Cet endroit à été photographié au même moment que le noisetier plus haut :

pelouse gelée

Côté pots, les bulbes que j’ai planté en pots avec les pensées sont eux aussi en train de sortir. Les pensées sont toujours en pleine floraison, mais elles ont tendance à attraper de l’oïdium lorsque le temps se réchauffe. J’ai donc espacé les pots.

Iris reticulata

Pour clore le chapitre des bulbes, je vais vous parler des iris reticulata ‘Blue Note’. Une vraie petite merveille, les photos parlent d’elles-mêmes :

Iris réticulata 'blue note'
Iris réticulata avec ophiopogon nigrescence en arrière plan

Installés à divers endroits du jardin (sous des rosiers et dans un massifs de sous-bois), ils sont être bien précoces. Ils sont vraiment magnifiques. J’en remettrais d’autres à l’automne pour densifier l’effet.

Les arbres et arbustes : lonicera et forsysthia

Le lonicera (chèvrefeuille d’hiver) ouvre ses premières fleurs. Dès fin janvier et on commence à profiter de son délicieux parfum, les abeilles vont commencer à le visiter. J’apprécie toujours autant ce moment qui marque le réveil du jardin. Viendra ensuite, fin février le forsythia, plus commun, mais tellement éclatant !

Mais je suis déçue car j’avais installé dessous des Crocus chrysanthus Prince Klauz et je voulais que la floraison du chèvrefeuille soit synchronisée avec celle des crocus. Mais ça n’est pas le cas pour le moment. Est-ce parce que le coin est plus ombragé ? est-ce parce que les Prince Klauz sont plus tardifs ?

lonicera fragrantissima lonicera fragrantissima

Au coin d’ombre : hellebores et iris

Les fougères plantées il y a deux ans végètaient complètement, se faisant envahir par la végétation spontanée, ce qui nuisait à leur croissance et donc, je finissais par les perdre de vue et oublier de les désherber. Bref, le cercle vicieux. Cet hiver, elles ont gagné en forme. L’avance qu’elles ont pris sur la végétation spontanée va me permettre de bien les voir et de les désherber pour qu’elles continuent leur.

Les hellébores sont en train de sortir leur fleurs et l’ophiopogon est toujours aussi fringuant. Peut-être que je devrais en planter massivement à cet endroit car il a vraiment l’air de s’y plaire. Comme ça pousse pas très vite, ça ira peut-être plus vite d’en racheter plutôt que de le diviser pour arriver à un joli tapis de feuillage noir.

hellebores roses

 

Les plantes sauvages : primevère, mais pas que…

Hormis quelques primevères et pâquerettes qui pointent leur bout de leur nez, j’ai les très élégants Euphorbia Characias qui préparent des hampes florales. Les  pollinisateurs en feront un véritable festin dans quelques semaines.

Euphorbia Characias

Pour conclure cet article, on voit qu’au soleil ou à l’ombre il est possible d’avoir des fleurs très tôt en saison et même si il gèle encore. Ces floraison précoces permettent d’attirer nombre d’insectes et participe au développement de la biodiversité au jardin. C’est vraiment le ton que j’ai envie de donner à mon jardin et je vais continuer à chercher les plantes qui donnent ces floraisons précoces (ou à laisser pousser celles qui poussent toutes seules).

Et vous quelles fleurs de fin d’hiver / début printemps appréciez-vous ? lesquelles poussent dans votre jardin ?

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *